Brève Histoire de la Monopalme

Les premières palmes ont été dessinées par un militaire français Louis de Corlieu, qui a enregistré le premier brevet d’invention en 1933. Il avait compris que pour avoir une propulsion plus efficace, il fallait augmenter la surface de nos appuis propulsifs.

1933 – INPI – Brevet d’invention n°767.013 – Fig.1 – page 5/6 – dessiné par L. De Corlieu

En 1937 le même inventeur réalise le premier modèle de monopalme pour l’ouverture d’une école subaquatique en France, il le baptise « le modèle dauphin ».

1937 – « Le Modèle Dauphin » dessiné par L. De Corlieu.

Mais la réelle Histoire de la Monopalme commence dans les années 60 avec l’organisation de compétitions de nage avec palmes (bipalmes) par la CMAS (Confédération Mondiale des Activités Subaquatiques). Les athlètes performent avec des bipalmes dans différentes disciplines : nage libre, immersion et apnée.  Ces bipalmes faites en caoutchouc étaient très souples, très lourdes et très coûteuses en énergie.

En 1970, pendant les Championnats d’Europe à Barcelone, une athlète Russe du nom de Nadedja Turukalo utilise pour la première fois durant un événement international une monopalme lors d’un 25m apnée.  Cette monopalme était composée de lames en titane recouvertent de toiles. 

1970 – Monopalme Titane et toile – Le poids de cette monopalme est d’environ 3kg. Créée par Porodov le Coach de l’équipe de Kiev.
(illustration de “La Monopalme” Kervinio 1985)

En 1971, Nadedja Turukalo, établit un nouveau record du monde en passant la barre des 4 minutes sur le 400m immersion. A cette époque, cette performance est tout simplement extraodinnaire. C’est cet événement qui est le véritable point de départ du développement de la monopalme : nageurs, entraîneurs, fédérations nationales, tous commencent à s’intéresser très serieusement à cet incroyable objet.

Rapidement la voilure en tissus de verre légère, flexible et résistante s’impose et va contribuer grandement à l’amélioration des performances. De nombreuses pistes vont être étudiées pour mettre au point de nouveaux prototypes  avec des designs très variés, modifiants des paramètres comme la largeur, la hauteur, la forme, la dureté, la souplesse ou encore la nervosité de la voilure. Tout cela afin de s’adapter à un profil de course et/ou à un athlète et ainsi améliorer les performances chronométriques.

A cette époque, la plupart des nageurs de l’équipe soviétique utilisent déjà des monopalmes en tissus de verre. Ces monopalmes étaient principalement utilisées pour les épreuves d’immersion parce qu’il était difficile de nager durant les épreuves de surface avec une monopalme tout en synchronisant en même temps les bras de crawl (en effet, les athlètes qui nageaient sur les épreuves de surface avec une monopalme avaient l’obligation de respecter le style de nage de l’épreuve qui était d’utiliser les bras de crawl afin d’avoir les mêmes contraintes que les autres nageurs en bipalmes).

En 1972, le sport que l’on appelle nage avec palmes (finswimming) évolue énormément, la monopalme prend le pas sur les bipalmes.  Cette année là durant les Championnats d’Europe à Moscou, un écueil se creuse définitivement entre les utilisateurs de monopalmes et de bipalmes. La différence en terme de performances chronométriques est tellement significative que les bipalmes deviennent obsolètes (Elles ne feront leur retour dans les compétitions CMAS avec des épreuves dédiées que dans les années 2010).

En 1972, toutes les nations n’ont pas les resources ni l’expérience pour fabriquer des monopalmes. Les Russes qui deviennent des experts en la matière sont les premiers à en faire le commerce.

En 1977, la CMAS fait évoluer son règlement pour les courses de surface : Les athlètes ont enfin le droit de ne plus utiliser leurs bras (crawl) durant la course. Maintenant la pleine puissance de la monopalme va aussi pouvoir être exprimée sur les courses en surface.

Durant les années 80, il semble que rien de spécial n’apparaisse en terme d’innovation technologique pour la monopalme, mais des événements intéressants méritent d’être soulignés:

– En 1981, la monopalme apparaît pour la première fois aux Etats-Unis lors des World Games. La même année la Fédération Chinoise commande 300 pairs de palmes en tissus de verre.

– En 1986, le Comité Olympique reconnaît la Nage avec Palmes (Finswimming) comme discipline olympique. C’est également cette même année que les Chinois participent au premier Championnat du Monde en Allemagne.

– En 1990, 38 nations sont inscrites aux Championnats du Monde de Rome en Italie.

– Guidone, un fabricant Français de monopalme est le premier à utiliser des renforts de carbone dans sa voilure afin dela rendre plus « nerveuse ». Breier, Français également,  est le premier à proposer une voilure entièrement en carbone.

Comparaisons entre différentes voilures en tissus de verre 1972 to 1984

Dans les années 90, les nageurs adoptent une position plus allongées avec la tête juste sous la surface de l’eau (ils utilisent un tuba frontal pour les courses de surface). La monopalme devient plus petite et tout maintenant n’est plus qu’une question d’entraînement et de vitesse.

À partir des années 2000, la voilure de monopalme en tissus de verre semble être à son « apogée ». Certaines voilures sont toujours faites à la main, mais maintenant certains procédés industriels dédiés à la voilure de monopalmes sont utilisés par certains fabricants (tissus de de verre pré-imprégnés, carbone, etc).

Au début des années 2000, une nouvelle révolution est en route, un nouveau chausson va voir le jour et cela va tout changer.

Theo-Patrick FOURCADE

Prochain article : Connaissances de base sur la voilure de monopalme

Références:
La Monopalme, 1985 J.L. Kervinio
Nage avec Palmes, 2004 Jacques Macé

Vous pouvez utiliser les informations receuillies sur ce site, merci de bien vouloir en retour citer leurs sources avec un lien rédigé de la façon suivante :
Theo-Patrick FOURCADE – bewaterfreediving.com ©
Toutes les illustrations sont copyright ©, merci de demander mon consentement pour toutes utilisations.